Modèle de solow swan

Le modèle Solow – Swan est un modèle de croissance néoclassique simple. Elle postule que la croissance de la production par habitant est le résultat de l`accumulation de capital et/ou du progrès technologique. Dès que l`économie atteint son état d`équilibre, la croissance de la production par habitant n`est possible que par le progrès technologique, qui est exogène dans le modèle. Trois types de technologie neutre variable avec le temps sont mis dans le modèle pour analyser leurs effets sur la croissance économique. Il est obtenu que l`économie avec un niveau technologique plus élevé (technologie neutre Hicks ou technologie neutre Solow) croît plus rapidement que celle avec un niveau technologique inférieur. Le capital par habitant d`une économie tend à un niveau stable si le niveau technologique tend à un niveau stable et que l`économie présente des fluctuations à long terme si le niveau technologique est une oscillation persistante. Dans le modèle de croissance de Harrod-Domar, la croissance à l`état stationnaire était instable. Dans le terme populaire de la journée, c`était un «couteau-bord» dans le sens que toute déviation de ce chemin entraînerait un autre mouvement loin de ce chemin. Toutefois, Robert M. Solow (1956), Trevor Swan (1956) et, un peu plus tard, James E. Meade (1961) ont contesté cette conclusion. Ils ont affirmé que le ratio capital-production du modèle Harrod-domar ne devrait pas être considéré comme exogène. En fait, ils ont proposé un modèle de croissance où le ratio capital-rendement, v, était précisément la variable d`ajustement qui conduirait un système à sa trajectoire de croissance à l`état d`équilibre, c.-à-d.

que v se déplacerait pour ramener s/v dans l`égalité avec le taux naturel de croissance (n). Le modèle qui en résulte est devenu célèbre comme le «Solow-Swan» ou simplement le modèle de croissance «néoclassique». Quels sont les points fondamentaux du modèle de croissance économique Solow? Il a montré que les estimations importantes de l`effet du capital humain dans les estimations de l`ensemble du modèle concordent avec l`effet plus faible que l`on retrouve généralement sur les salaires des travailleurs lorsque les effets externes du capital humain sur le capital physique et le travail sont pris Compte. Cette perspicacité renforce considérablement le cas de la version Mankiw, Romer et Weil du modèle Solow – Swan. La plupart des analyses critiquant ce modèle ne sont pas responsables des effets externes pécuniaires des deux types de capital inhérents au modèle. Le modèle de croissance économique de Solow-Swan postule une fonction de production continue reliant les productions aux apports de capitaux et de main-d`œuvre, ce qui conduit à l`équilibre équilibré de l`économie [19]. Étant donné que le produit marginal du capital physique n`est pas plus élevé dans les pays pauvres que dans les pays riches [15], l`implication est que la productivité est plus faible dans les pays pauvres. Le modèle de base de Solow ne peut pas expliquer pourquoi la productivité est plus faible dans ces pays. Lucas a suggéré que des niveaux inférieurs de capital humain dans les pays pauvres pourraient expliquer la baisse de la productivité. Dans une économie en croissance, le capital est accumulé plus rapidement que les gens naissent, de sorte que le dénominateur dans la fonction de croissance sous le calcul MFP est de plus en plus rapide que dans le calcul ALP.

Par conséquent, la croissance de la MFP est presque toujours inférieure à la croissance ALP. (Par conséquent, la mesure en termes d`ALP augmente l`effet apparent d`approfondissement du capital.) La MFP est mesurée par le «résidu de Solow», et non par l`ALP. Mathématiquement, le modèle Solow – Swan est un système non linéaire consistant en une équation différentielle ordinaire unique qui modélise l`évolution du stock de capital par habitant. En raison de ses caractéristiques mathématiques particulièrement attrayantes, Solow-Swan s`est avéré être un point de départ pratique pour diverses extensions. Par exemple, en 1965, David Cass et Tjaling Koopmans ont intégré l`analyse de Frank Ramsey sur l`optimisation des consommateurs, ce qui a endogénisé le taux d`épargne, pour créer ce qui est maintenant connu sous le nom de modèle Ramsey – Cass – Koopmans. qui est l`équation fondamentale de croissance Solowian. À l`état d`équilibre, k *, DK/DT = 0 et ainsi (ignorant le cas d`origine trivial), il doit être que s ¦ (k *) = NK *, c.-à-d.